Massif-Central

Le Massif central, massif le plus étendu au niveau français (15% du territoire national et 42 % de la zone montagne française), offre une variété de paysages de vallées et de hautes terres ainsi que des espaces de montagne sèche et de prairie humide. Le Massif Central est une montagne habitée où l'agriculture aménage, entretient et crée des emplois. La vocation d'élevage du massif est incontestable : plus de 80% des terres agricoles sont consacrées à l'élevage. De part ses spécificités (700 m d'altitude en moyenne, grandes superficie en prairies naturelles, rigueur du climat), l'agriculture du massif est orientée vers la production herbagère : il abrite des filières aussi diversifiées que le sont ses territoires : production de broutards (33 % du cheptel bovin allaitant français), production ovine laitière (2/3 de la production nationale de lait de brebis) et production d'agneaux (40 % de la production nationale) sont créatrices de valeur ajoutée pour le massif. A noter qu'à l'inverse des deux autres massifs, la gestion des surfaces herbagère, et notamment des estives, est privée.

Au cœur du Massif Central, deux races locales bovines allaitantes ont leur berceau.
La race Aubrac compte 131 000 vaches dont 42 000 sont inscrites dans le schéma de sélection de la race. Cela représente 5 % des effectifs allaitants contrôlés au niveau national dans le cadre d'un schéma de sélection. Cette race, originaire d'un bassin situé sur l'Auvergne, Midi Pyrénées et Languedoc Roussillon (plateau de l'Aubrac), est réputée pour ses qualités maternelles et sa rusticité. Elle est parfaitement adaptée aux transhumances annuelles réalisées sur le massif au-dessus de 800 m. Cette race est spécialisée dans la production de broutards (jeune bovins maigre), mais elle a su se diversifier dans la production de viande de qualité en race pure (Bœuf fermier d'Aubrac) ou en croisement (Fleur d'Aubrac).
La race Salers compte, 202 000 vaches dont 40 000 vaches contrôlées dans le cadre de son schéma de sélection. C'est la quatrième race allaitante française. Sa région d'origine est l'Auvergne et plus particulièrement le Cantal. Si cette race réputée rustique, maternelle et docile est élevée pour sa production de broutard et de viande (Label Rouge Salers), elle est parfois aussi utilisée pour la production de fromage et notamment le « Tradition Salers » (Salers ou Cantal). Cette race estive chaque année entre 100 et 150 jours.

Plus au Sud, sur les montagnes sèches, les plateaux et les causses à cheval sur Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon (rayon de roquefort), la race Lacaune, première race ovine française en effectif domine. Elle se caractérise par l'existence de deux rameaux, l'un laitier, comportant 850 000 brebis, l'autre viande comportant 320 000 brebis. Cette race est bien évidement connue et reconnue pour son lien avec la filière Roquefort, le rameau viande étant quant à lui fortement impliqué dans la production d'agneau fermier sous la mère (Label Rouge IGP agneau de l'Aveyron). Trois races en conservation situées sur la même zone se sont récemment associées à l'organisme de sélection de la race Lacaune pour la gestion de leur population : la Raïole, La caussenarde des garrigues et la Rouge du Roussillon.

Nichée au cœur du lot, à l'ouest du massif, la races ovines Causse du lot, facilement reconnaissable par ses oreilles et le tour de ses yeux noirs, participe, par son maintien de l'ouverture du milieu sur les causses du département, à la préservation d'un paysage de qualité. Elle compte aujourd'hui 106 000 brebis et a la particularité d'être conduite en croisement pour renforcer les qualités bouchères de la race et répondre ainsi à la demande de la filière. Cette race est l'emblème de l'agneau du Quercy, un label rouge qui vient de fêter ses 25 ans d'existence et qui démontre une longue tradition de production de viande de qualité de cette région et de cette race.

Six autres races locales ovines allaitantes occupent le nord et l'est du massif.
La Blanche du Massif Central, première race rustique allaitante française en effectif avec 350 000 brebis, occupe la partie sud-est du massif (Lozère et Haute Loire notamment).
La Bizet, race en conservation particulièrement docile et apte à mobiliser ses réserves corporelle en période estivale, occupe des zones de moyenne montagne de faible valeur fourragère, principalement dans le Cantal.
La Grivette, recherchée pour sa très bonne aptitude au désaisonnement, sa forte productivité et ses qualités maternelles qui facilitent le travail dans les élevages aux effectifs importants, est présente principalement sur les départements de la Loire et du Rhône.
La Limousine est exploitée dans le nord du Massif Central, notamment sur le plateau de Millevaches situé entre 600 et 900 m d'altitude et caractérisée par un climat dur et contrasté, une pluviométrie élevée en hiver et des étés secs.
La Noire du Velay, race ayant une forte capacité d'adaptation à des conditions climatiques rigoureuses, occupe les zones de hauts plateaux volcaniques du Velay et de semi montagne d'Ardèche, valorisant des surfaces peu productives de landes et de pacages parfois peu accessibles.
La Rava dont l'atout principal est sa très grande capacité de désaisonnement est originaire de la région des volcans d'Auvergne. Elle se distingue notamment par sa capacité à résister aux intempéries qui lui permet d'être élevée en plein air toute l'année.
Ces races sont spécialisées dans la production d'agneaux sous la mère, notamment vendus sous la marque agneau de l'Adret ou Grillonet. A noter l'IGP en cours d'instruction pour l'agneau de Lozère, et la participation active de ces races à un projet d'IGP (Agneau Fermier des pays d'OC) regroupant toutes les races rustiques du Massif Central, ce qui traduit une volonté de renforcer la segmentation des produits par la mise en place de marques à forte identité régionale.

 
 
 

CORAM - Collectif des Races des Massifs
BP 42 118
31 321 CASTANET TOLOSAN CEDEX
coram@racesdefrance.fr
Tél. 05 61 75 44 49 - Fax. 05 61 73 85 91

actualités | espace intranet | téléchargement de documents | contacts et formulaires | mentions légales